Symposium Concordia : “GAM(BL)ING : Marchandisation du récréatif à l’ère du numérique”

Symposium Concordia : “GAM(BL)ING : Marchandisation du récréatif à l’ère du numérique”

Université Concordia (Canada)
10-13 mai 2021

Programme : https://www.concordia.ca/fr/recherche/chairejeu/activites/symposium2021.html

Lundi 10 mai – Mercredi 12 mai : “La gamblification de la vie ou l’extension domaine des jeux d’argent, entre passion ordinaire et obsessive”, par Aymeric Brody (EPITECH)

Défini aujourd’hui comme le fait d’importer certains principes ludiques issus des jeux d’argent dans le cadre d’un dispositif ou d’une pratique de jeu sans argent, le concept de « gamblification » pourrait plus largement s’appliquer à l’ensemble des dispositifs sociotechniques (comme les jeux en ligne) ou des procédés industriels (comme la publicité) qui visent à rendre la pratique des jeux d’argent possible et accessible là où elle ne l’est pas encore. Ce sont les effets de ce processus d’extension du domaine des jeux d’argent que nous tenterons d’analyser dans le cadre d’une présentation centrée sur la façon dont il affecte plus ou moins directement la vie des joueurs, soit en les incitant à jouer, soit en les privant de la possibilité d’arrêter. En nous appuyant d’abord sur des données statistiques produites à l’échelle de la France et de la Belgique, nous observerons les effets concomitants du développement de l’offre de jeux d’argent (notamment en ligne) sur l’augmentation des dépenses qui leur sont consacrées et sur la massification/banalisation de leur pratique, celle-ci devenant alors une « passion ordinaire » pour une partie importante de la population mais pouvant également prendre la forme d’une « passion obsessive » chez certains joueurs parmi les plus vulnérables. Du côté de ceux qui vivent la pratique des jeux d’argent comme une passion ordinaire, nous nous pencherons en particulier sur le cas des joueurs amateurs de poker que nous avons rencontrés dans le cadre d’une enquête de terrain réalisée en France entre 2006 et 2011. En analysant les récits de vie que ces joueurs nous ont livrés, nous constaterons qu’ils peuvent tout à la fois accorder une place limitée à leur pratique du jeu – celle d’un loisir comme les autres – et s’y investir pleinement au point d’en faire une sorte de métaphore de leur vie quotidienne. Du côté de ceux pour qui cette pratique des jeux d’argent est vécue comme une passion obsessive, nous nous tournerons vers les membres d’un groupe de Joueurs Anonymes que nous avons suivis lors d’une autre enquête de terrain menée entre 2018 et 2019 en Belgique. À travers l’étude de leurs récits et de leurs échanges au sein du groupe, nous découvriront que ces derniers perçoivent cette extension du domaine des jeux d’argent comme une tentation permanente ayant pour conséquence un envahissement de la vie par le jeu face auquel ils sentent largement impuissants.